Détails Techniques

Un télescope est caractérisé par sa formule optique, le diamètre de son miroir principal, sa longueur focale et sa monture. Un oculaire est nécessaire pour observer à l’oeil nu.

La formule optique : elle décrit l’agencement des miroirs, l’encombrement du télescope et sa qualité optique._Le télescope Newton est constitué de deux miroirs, c’est la formule la moins chère mais la plus encombrante et qui crée le plus d’aberrations optiques. L’image est observée près de l’ouverture du télescope.

_Le télescope Schmidt-Cassegrain possède en plus une lame correctrice en entrée. Celà permet d’utiliser un mirroir principal de courte focale associé à un miroir divergent : L’image est observée au niveau du miroir primaire. Le système optique est alors très compact avec une longue focale, qui crée peut d’aberrations optiques. Bien sûr, la qualité à un prix…
Le diamètre du miroir principal : il indique la quantité de lumière collectée. La qualité des images observées en dépend directement : plus le diamètre est grand, plus les détails des images seront précis, plus les images seront lumineuses. C’est la surface du miroir qui compte, ainsi pour un diamètre 2 fois plus grand on collecte 4 fois plus de lumière.

La longueur focale : Plus elle est grande, plus le grossissement sera grand avec un oculaire donné (une grande focale est conseillée pour observer les planètes). En revanche, une courte focale signifie un instrument plus lumineux, idéal pour observer le ciel profond.
Le type de monture : selon son type, elle permet de pointer et de suivre plus ou moins précisément les objets._la monture Dobson est la plus simple mais la moins précise.

_la monture équatoriale permet un pointé précis avec des vis micrométriques et un suivi facilité des objets grâce à un mouvement de rotation (parfois motorisé) qui compense la rotation de la Terre.

_la monture GOTO qui pointe et suis automatiquement les objets.
L’oculaire : c’est un ensemble de lentilles qui forment l’image que vous observez. Il se place au foyer d’un télescope. Son diamètre est en général 31,75mm. La longueur focale de l’oculaire (de 4 à 40 mm) détermine le grossissement à focale donnée : G=F_télescope/f_oculaire. Un oculaire est aussi caractérisé par son champ visuel appparent (de 40° à 100°). Un grand angle signifiera un meilleur confort d’observation, des images plus larges et plus contrastées.Choix des oculaires : A partir du rapport focale/diamètre (f/D) d’un télescope, on peut déterminer les oculaires utiles pour observer. Les deux premiers sont indispensables.

_Un oculaire de focale = 3 f/D pour repérer les objets, observer la Lune en entier et le ciel profond.

_Un oculaire de focale entre 0,7 et 1,5 fois f/D pour observer la Lune en détail et les planètes. Il est conseillé d’en avoir plusieurs dans cette plage pour adapter le grossissement à la turbulence atmosphérique.

Un oculaire de focale = 0,5 f/D pour le grossissement maximal de la Lune et des planètes.

Un oculaire de focale = 7 f/D est utile pour obtenir l’image la plus lumineuse et qui couvre un champ maximal pour l’observation de galaxies et amas étendus.